La Desouchière, le projet.

Publié le par ladesouchiere-degage.over-blog.com

Le moins qu’on puisse dire, c’est que les identitaires de la Desouchière ont des projets d’avenir pour le coin où ils se sont installés.

 

Seulement, à les lire sur leur forum, on comprend mieux pourquoi ils ont omis jusqu’ici de les faire partager à leurs voisins.

 

Noyauter le tissu associatif local, prendre la mairie en installant des électeurs et en attendant que les maisons se vident (sous entendu , que les personnes âgées passent l’arme à gauche ), ouvrir un gîte réservé à l’extrême droite, faire profiter leur réseau des offres d’emploi locales, reprendre les commerces , créer une école à domicile parce qu’il n’est pas question que les enfants de la race supérieure se mélangent à la racaille de l’école publique…

 

Difficile à croire ? Mais ce sont eux qui le disent, sur les forums de leur société civile immobilière ou sur les blogs d’extrême droite, en pensant avoir été assez discrets pour que personne, dans le Morvan ne fasse le rapprochement entre les gentils nouveaux voisins, et le projet La Desouchière présenté sur Internet.

 

Un peu contradictoire, les Desouchiens.  Fiers de leur identité, sauf quand il s’agit d’être honnêtes avec le voisin d’à côté. Nous avons donc résolu la contradiction pour eux…

Voici le premier d’une série d’articles, où nous détaillerons donc les projets des Desouchiens, pour Mouron sur Yonne, pour le canton de Corbigny, pour les habitants du Morvan et de la Nièvre, dont ils ont « oublié » de parler aux premiers concernés. Projets que tous ceux à qui ça donne envie de vomir peuvent empêcher dès maintenant en les rendant publics un peu partout , …Faites tourner..

 

Aujourd’hui, comment tromper son monde en général,  la prise de la mairie et  le noyautage du tissu associatif de l’ « ennemi »

 

 

Avant même que les desouchiens aient trouvé leur Desouchière ils avaient déjà une idée assez claire de la nécessité de tromper l’entourage sur leurs objectifs politiques. En témoigne ce message de Roark, le fondateur de La Desouchière,  du 21 octobre2008

 

http://www.i-services.net/membres/forum/messages.php?uid=143592&sid=89190&idsujet=48

 

« Le but Il doit être fixé de manière claire de façon à ce que chacun en soit bien conscient avant de s'engager de la façon qui lui convient. Cependant, il faut demeurer relativement évasif dans les documents officiels (statuts des sociétés et associations éventuelles), de manière à ne pas prêter le flanc à la critique de nos adversaires, ni éveiller les soupçons des autorités du lieu finalement choisi. Si une SCI doit acheter des maisons, des terrains, des appartements, elle doit pouvoir le faire tout naturellement, sans tapae inutile. c'est la partie la pus délicate du démarrage. une fois des biens immobiliers acquis, il devient quasiment impossible de s'opposer à l'arrivée de nouveaux habitants dans la commune » 

 

Le 25 décembre , Roark en remet une couche, les croix celtiques ce sera pour plus tard, commençons par jouer les braves garçons

http://www.i-services.net/membres/forum/messages.php?uid=143592&sid=89190&idsujet=844&pgi=0

« Je ne détaillerai pas ici et maintenant les méthodes qui permettent de limiter les risques mais il me semble par exemple qu'il vaudrait mieux éviter de débarquer dans un coin étendard au vent. L'implantation ne doit pas être avant tout politique, a mon sens le but premier doit être de s'intégrer et de se faire accepter, apprécier, des habitants du cru, en adoptant un comportement exemplaire. »

 

 

 

Les ambitions électorales.

 

Le Bloc Identitaire présente déjà des listes dans certaines régions de France. Mais voilà, la concurrence est rude entre fascistes, avec le Front National, avec les listes antisémites de Dieudonné et de ses amis, et bien d’autres groupuscules. Peu de chance de décrocher la timbale d’une mairie de grande ville ou la présidence d’une région.

A la Desouchière, on préfère donc partir de peu : et commencer par un village, puis par le canton, puis…

Les identitaires critiquent sans cesse le « système » mais le connaissent bien. Comme ils le disent, dans des zones rurales peu peuplées, vingt voix de plus et c’est la mairie qui tombe.

 

Surtout si on se fait passer pour ce que l’on n’est pas, et qu’on se présente d’abord comme des citoyens actifs et désintéressés voulant faire bouger la commune…

 

Très vite, la question est posée sur le forum de réflexion. Un maire « souchien », c'est-à-dire un maire acquis à leurs idées, ce serait l’idéal. Mais pas si facile à trouver, alors voilà la recette pour prendre la mairie, détaillée par les participants du forum La Desouchière, et ce qu’ils comptent en faire ensuite :

 

http://www.i-services.net/membres/forum/salon.php?uid=143592&sid=89190&idsalon=165

 

« Il serait judicieux de choisir une commune peu peuplée afin de pouvoir assez rapidement placer un maire souchien. Si nous sommes suffisamment nombreux nous pourrons mécaniquement gagner les municipales.
Une liste dite apolitique simplement souchienne. »

 

« C'est même réalisable au niveau d'un canton pour peu que le projet prenne de l'ampleur »

 

« L'arrivé dans une mairie ou au moins dans les conseils municipaux pour debuter (avec menagement de la population de souche -la vrai- lol) est en effet indispensable mais doit se faire delicatement (que l'on est pas l'impression de debarquer et vouloir prendre le pouvoir) dans le cas contraire on ne se distinguerai pas beaucoup des migrateurs allogènes. Il faut avant avoir mené de bonnes actions, des rehabilitations et acquis la confiance des gens. Mais en effet, l'entrisme dans les listes municipales offrira beaucoup d'autres perspectives. »

 

http://www.i-services.net/membres/forum/messages.php?uid=143592&sid=89190&idsujet=60&pgi=0

 

« il faut donc s'installer dans une commune déjà existante et réussir à y placer notre maire. Le contrôle de la mairie nous permettra de contrôler les permis de construire et en conséquence, de contrôler l'accroissement, la rigueur des construction, le bon emploi des fonds publics et la tenue de l'école. »

 

Certains sont même plus précis et calculent combien de monde il faut dans une commune « en voie de désertification » (comprendre ou les jeunes sont obligés d’aller bosser ailleurs et ou les plus âgés finissent bien par disparaître….)

« Imaginez donc une commune en voie de désertification, avec 100 électeurs inscrits (car c'est ainsi dans les campagnes, il y a toujours plus d'électeurs inscrits que d'habitants à l'année, enfants compris) et 10 nouveaux arrivants, qui sont 30 au bout de 18 mois et plus de 50 en 3 ans : ils prennent ensuite la mairie avec leur liste entière (11 élus, donc le maire plus l'ensemble du conseil municipal) sans problème. »

 

 

 

 Les ambitions associatives, ou comment tromper l’ « ennemi »

 

L’implantation néo fasciste , dans la stratégie identitaire, c’est aussi récupérer et investir tous les domaines associatifs déjà existants, notamment ceux qu’ils peuvent détourner à l’avantage de leurs idées.

Ainsi les associations qui tournent autour de la production bio, de l’artisanat, de la défense de la nature, mais aussi de la mémoire de l’histoire du coin sont souvent tenues par des gens dont les idées sont à l’opposé des leurs. Les fascistes et ceux qui tournent autour de la Desouchière savent bien qu’ils se feront jeter s’ils se présentent sous leur véritable identité. Alors comment tromper le « gauche » ( expression fasciste signifiant au départ gauchiste, mais servant à qualifier toute personne investie dans les luttes sociales, et fermement opposée à l’extermination des « Nègres », des «  Bougnoules » et des « Youpins » ) ?

 

Hyperborae sympathisant de la Desouchière nous fait partager son expérience dans ce message du 7janvier 2009

 

http://www.i-services.net/membres/forum/messages.php?uid=143592&sid=89190&idsujet=844&pgi=0

 

« Il y a déjà des camarades qui ont franchis le cap du retour à la terre. Vu le peu d'entre-nous qui ont eu le courage de passer à l'acte (moi compris), ils sont amenés à avoir des échanges (de produits, d'animaux et de services) avec les gauches sans que ses derniers les soupçonnent en rien. Et même parfois, s'ils ont un soupçon, le fait de partager la même vie, le respect s'installe. Il suffit de ne pas faire de prosélytisme et d'avoir un peu d'humour. Les gauches, eux, sont bien plus nombreux que nous à être redevenus paysans et dans ce domaine ils sont bien plus cohérents que nous. »

 

« Et je répète, pour les gauches il n'y a pas de soucis à ce faire. Ceux des ville, les plus pourris, ne viennent pas à la campagne. Et vous seriez surpris de voir que les gauches de la campagne ont bien des point communs avec nous. Sauf pour les questions raciales. C'est là où ils sont incohérents et ils s'en rendent compte parfois. Ceux-là ne viendront pas manifester devant chez vous si vous ne faites pas dans le prosélytisme. Soyons 95 % paysans, 5% politique. »

 

Dans la même discussion, Akkadem renchérit sur la bêtise des voisins « gauchistes « si faciles à tromper…

 

« SI le projet est bien amené, bien presenté sans provocation (et il n'y a pas de raisons qu'il y en aient) les gauchistes ou autre nuisibles n'y verront que du feu. »

 

 

 

Un projet bien amené ? Facile, parler comme son adversaire, poursuit Akkadem

 

http://www.i-services.net/membres/forum/messages.php?uid=143592&sid=89190&idsujet=60&pgi=0

 

« Mais bon, si l'ont n'arrivent pas avec nos gros sabots, je ne vois pas de crainte. Il suffira d'employer les arguments simples de "developement durable", "mise en valeur du patrimoine local", très en vogue actuellement.

 

Et surtout être discrets sur nos buts et notre philosophie. Il nous faudra mettre en avant notre côté "écolo-développement-durable" (bien à la mode) sans pour autant verser dans l'idéologie qui la sous-tend actuellement,… »

 

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article